Photos

Nov 29

Lire la suite...

Historique du village

Nov 03

Cabrieres un village dans la garrigue

La commune de Cabrières est située en région Languedoc-Roussillon, dans le département du Gard, au nord-est de Nîmes. Le territoire communal couvre une superficie de 1476 hectares répartis dans les Garrigues entre Saint-Gervasy, Collias, Marguerittes, Poulx et Lédenon. La commune compte actuellement un peu plus de 1500 habitants. Elle est incluse dans la communauté d’agglomération de Nîmes-Métropole depuis sa création en janvier 2002. Agglomération qui forme un ensemble de 240.000 habitants en regroupant 27 communes.

Le territoire communal est traversé nord-sud par la RD 3 qui relie la RD 6086 aux gorges du Gardon et à Uzès, et est-ouest par la RD 427 qui relie Lédenon et Poulx. La commune est toute proche de l’autoroute A9.

 CABRIERES se trouve à une altitude moyenne de 150m. Cabrières est à la fois légèrement à l’écart des grands axes et proche de la zone d’attraction touristique des gorges du Gardon en particulier le Pont du Gard; aqueduc édifié par les romains dans la seconde moitié du 1er siècle de notre ère pour alimenter la ville de Nîmes en eau.

Afficher l'image d'origine

Niché dans la garrigue, le village est accroché sur les coteaux et rayonne par son aspect dans la nature gardoise. Les premiers habitants y ont vécu 3500 avant JC. Les différentes époques ont marqué l’évolution de Cabrières, en particulier la civilisation romaine. Moult débris de vases, poteries etc… répartis sur le territoire soulignent cette présence. De même, l’influence du christianisme a marqué le village. L’église édifiée en 1609 et le château du cardinal de Cabrières sont les principaux témoins de cette influence. La principale activité dans la commune est l’agriculture bien que moins importante qu’au siècle dernier. Quelques vestiges tels que les moulins à huile, moulins à vent, caves vinicoles en sont les témoins. Des commerces de proximité tels que dépôt de pain, épicerie, bar tabac assurent la vie quotidienne du village. La ferronnerie, la taille de pierre, le bâtiment, représentent l’activité artisanale. La mairie et l’agence postale, les écoles assurent le trait d’union entre les citoyens et les services publics.

Le village a sûrement été choisi pour son emplacement stratégique. Près d’une source, à l’abri du mistral, site en hauteur, idéal pour se protéger des ennemis. La commune de Cabrières a été colonisée par les romains au premier siècle avant JC. Six villas gallo-romaines se sont succédées, donnant ensuite leur nom aux différents quartiers. Apparue pour la première fois dans les textes officiels comme « villa Cabrieras » en 978, elle devient Cabrières en 1435 et doit son nom au latin « capra » qui veut dire « chèvre », c’est à dire l’endroit où l’on élève les chèvres. Le village est victime de la fureur des protestants à plusieurs reprises pendant le 16ème siècle.

Durant la deuxième guerre mondiale, la commune est occupée par les troupes allemandes qui y installent un camp de surveillance en 1943. Les agriculteurs sont tous réquisitionnés pour porter l’eau et assister les troupes.

Ce territoire abrite de très belles et de très fragiles richesses géologiques, paléontologiques, minéralogiques et archéologiques. Les roches de Cabrières sont parmi les plus anciennes du Languedoc, leur âge étant compris entre 500 et 325 millions d’années. Elles faisaient partie d’une très vaste chaîne de montagne, la « chaîne hercynienne », dont l’étendue dépassait largement les limites de la France, et qui commence à s’ériger vers la fin de l’ère primaire. Auparavant des sédiments se sont déposés dans des mers aujourd’hui disparues, comme en témoignent les fossiles d’animaux marins appartenant à des espèces primitives.

À 15 kilomètres au nord-est de Nîmes, nichée au creux des coteaux de la garrigue, Cabrières a fêté ses 1000 ans en 1989.

Au fil du temps, autour d’un clocher visible de plusieurs dizaines de kilomètres au Sud, un habitat rural s’est installé. De tradition agricole, la commune a prospéré jusque dans les années 80 grâce à la polyculture (vignes, asperges, fruitiers). Depuis, son extension est due à l’urbanisation provoquée par des citadins en quête de nature et d’espace.

    Armoiries 

Blason de la famille ROVERIE

2 lévriers bleus sur fond jaune

2 lions sur fond blanc et au centre sur l’azur

un chêne d’or englanté de même couleur

Cabrieres un village dans la garrigue

Lire la suite...